Comment améliorer la sécurité alimentaire en Afrique ?

Auteur 13 mars 2012 1
Comment améliorer la sécurité alimentaire en Afrique ?

Si le monde entier a connu, ces dernières années, les remous de la crise alimentaire, l’Afrique, elle, a pris de plein fouet la hausse des prix des denrées essentielles, risquant de déstabiliser davantage un continent où les problèmes de faim et de malnutrition sont inquiétants. Malgré certains progrès en agriculture constatés ces dernières décennies dans plusieurs pays de l’Afrique subsaharienne, le nombre de personnes pauvres souffrant de la faim ou de malnutrition ne cesse d’augmenter.

Le climat, cause de crise alimentaire

Plusieurs causes sont responsables de ce constat alarmant qu’accentue encore la crise alimentaire mondiale. Parmi ces causes, certaines sont naturelles tandis que les autres sont le résultat de l’action de l’homme.

Les conditions climatiques et météorologiques mais en grande partie aussi les changements climatiques sont responsables de sécheresses prolongées ainsi que d’inondations souvent dévastatrices. Mais ces problèmes de manque ou d’excès d’eau ne sont pas les facteurs les plus importants dans la situation alimentaire de l’Afrique.

Des facteurs politiques et socio-économiques

En effet, les guerres et conflits ainsi que les facteurs socio-économiques sont plus largement en cause que les facteurs naturels. Les guerres ou conflits divers qui déchirent encore certains pays sont à l’origine d’un déséquilibre important. Les troubles provoquent souvent un déplacement des populations vers les centres urbains non capables de couvrir les besoins alimentaires d’un si grand nombre. En cause la production locale insuffisante ou les problèmes d’acheminement de l’extérieur. De toute façon, peu nombreux sont ceux qui ont l’argent nécessaire à acheter de quoi se nourrir.

En milieu rural les habitants sont extrêmement pauvres mais ils possèdent un lopin de terre où faire pousser un peu de manioc et de légumes. Malheureusement, la culture ininterrompue et le manque de diversification appauvrissent les sols qui produisent de moins en moins.


De ce fait, l’Afrique dépend de plus en plus des importations pour nourrir un peuple qui en plus connaît une croissance démographique très élevée. Les importations compensent le manque de production de céréales comme le riz, le blé et le maïs. Elles pallient également à l’absence de produits d’animaux comme le lait, les œufs ou la viande et de nombreux autres produits qui font cruellement défaut sur le continent.

Augmenter la production, mieux gérer les terres et l’eau

Si la sécurité alimentaire est loin d’être acquise en Afrique, la crise alimentaire mondiale pourrait susciter des réactions politiques de manière à diminuer le déficit du commerce extérieur. Cela entraînerait des actions favorables à une agriculture capable de limiter les importations trop coûteuses des denrées de base.

Certaines entreprises agro-alimentaires cherchent déjà à investir dans leurs infrastructures afin d’augmenter leurs capacités de production et ainsi leur capacité à satisfaire les marchés locaux. Dans cette optique, les annonces des entreprises SOMDIAA et Mimran ces derniers temps vont dans le bon sens.


Il est également nécessaire de mettre en pratique des procédés de production durable, à savoir diversifier les cultures, fertiliser les sols avec des engrais naturels et certainement gérer de manière efficace une eau précieuse que se disputent de plus en plus les industries, l’urbanisme et l’agriculture.

La parole est aux politiques.

Un commentaire »

  1. Ndondozi24 février 2017 at 21 h 22 min - Reply

    Felicitation a l’angola et au emira araba .car ces genre d’unitiative aide la reduction de la pauvreté en afrique.

Ecrire un commentaire »